Une marche pour l’accessibilité et l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap

Depuis sa création en 2017, l’association Handicapable de Mayotte (HDM) s’est distinguée sur l’île à travers des actions coup de poing afin de sensibiliser les Mahorais sur l’exclusion sociale des personnes en situation de handicap (marché de l’emploi fermé, établissements publics inaccessibles, aménagement urbain inadapté…). Pour la Journée Internationale du Handicap 2021, HDM a opté pour un parcours en fauteuil roulant et à la marche entre le rond-point Mahabou et la place de la République.

L’association Handicapable de Mayotte, c’est le fameux Tour de Mayotte en Fauteuil roulant (TMF). Organisée en mars 2017, en 12 jours et 12 étapes, la première édition avait rencontré un franc succès.

Des établissements scolaires aux structures sociales et médico-sociales, en passant par les collectivités, les associations culturelles ou encore les médias… Une belle partie des différentes branches représentant la société mahoraise s’était saisie de l’événement pour manifester leur soutien à l’égard des personnes en situation de handicap. Avec un final en apothéose sur la place publique de Hamjago, village d’origine d’Ambdilrazakou Ousséni Coco alias Docteur Léo, initiateur du TMF.

 « Changer le regard de la population face au handicap » : tel était l’objectif principal du tour. « À Mayotte, le handicap est associé à la maladie. Ce voyage autour de l’île est une occasion inédite d’initier une certaine forme d’éducation, et faire comprendre aux jeunes et moins jeunes que j’ai autant besoin de mon fauteuil qu’un jeune trentenaire en pleine forme peut avoir besoin de ses lunettes de vue », expliquait Docteur Léo.

Une opération inspirante pour l’association Handicapables 974, qui a reproduit le tour du côté de La Réunion, en 2018. L’association HDM a de son côté reconduit son événement en 2019 et envisage d’organiser la troisième édition du TMF lorsque la situation sanitaire le permettra. 

Handicapable de Mayotte, c’est aussi l’ascension du Mont Choungui en fauteuil roulant, réalisée en décembre 2017, cette fois-ci en 3 jours et 3 étapes. Au sens propre comme au sens figuré, l’association souhaitait soutenir auprès des Mahorais qu’avec un peu de soutien et d’accompagnement, les personnes en situation de handicap pouvaient, elles aussi, atteindre des sommets. Ces derniers temps, l’association s’est faite un peu plus discrète, mais elle ne manque jamais une occasion de transmettre ses différents messages au grand public et dans les médias.

Farda, Kouraïchia, Miki, Rasta, Petoulet, Raïssa, Antifati, Ada, Assani, Miki, ses principaux membres l’ont encore prouvé lors de la Journée Internationale du Handicap 2021, en organisant une marche de 500 mètres en fauteuil roulant, entre le rond-point Mahabou et la place de la République. Ni le soleil de plomb, ni les longues files de véhicules n’ont pu perturber l’initiative des Handicapables qui, au contraire, n’ont cessé d’entonner leurs chants et autres slogans phares : « Handi ? Capables ! », « La maladie se soigne, le handicap s’adapte ! »… À leur arrivée sur le parvis de l’AADTM (ex CDTM), près d’une heure après le départ devant la MJC de M’gombani, HDM a consacré un temps d’échanges entre les personnes en situation de handicap et les passants.

Mikdar Mdallah-Mari, président d'honneur de l'association
Handicapable de Mayotte.

« Tout récemment, je devais faire une formation en présentiel à Mamoudzou. Vous savez ce que m’a dit l’organisme ? « Comme nos locaux se trouvent en étage et que nous n’avons pas d’accès dédié, restez chez vous ! » », raconte Mikdar Mdallah-Mari, président d’honneur de HDM, tétraplégique résidant à Chiconi, encore secoué par l’affaire. « Nous ne baisserons jamais les bras ! », rebondit-il. « Jusqu’à présent, nos actions ont porté certains fruits. Des trottoirs sont aménagés ici et là, l’APAJH multiplie les centres d’accueil pour jeunes en situation de handicap, des rampes d’accès ont été ajoutées dans certains établissements publics, comme à Tsingoni, au sein d’une de leurs écoles… Nous poursuivons le combat ».


Aller à la barre d’outils